Les alentours de la ville de Viarmes

Asnières sur Oise

img-alentours-asnieresVers 1840, à l’angle des routes de Viarmes à Beaumont et d’Asnières à Royaumont, était implantée une modeste fabrique où se succédèrent, quelques années durant, diverses activités sans qu’aucun locataire ne s’enrichisse.
En 1862, un industriel parisien, Monsieur Culaz, vint s’installer en ces murs pour y entreprendre la fabrication d’articles en caoutchouc ; de la confection d’imperméables, il passa rapidement à la fabrication de jouets et le succès ne se fit pas attendre. Il engagea Monsieur Derolland, originaire comme lui de Haute-Savoie, l’associa en 1872 et lui remit la fabrique et la maison de commerce de Paris deux années plus tard. Celui-ci développa l’affaire et investit dans de nouvelles machines.
En 1880, la maison Derolland proposait une gamme étendue de jouets qui était appréciée tant en France qu’à l’étranger. Monsieur Derolland associa à l’entreprise son neveu, Monsieur Delacoste, qui allait lui succéder et poursuivre, avec ses descendants, l’essor de la manufacture.
Dans les années 1950-60, l’entreprise est à son apogée ; elle couvre une superficie de plus de 6 hectares sur laquelle s’étendent 30 000 m2 de bâtiments, près de 700 personnes y travaillent (dont 100 aux annexes de Gouvieux et Fleurines dans l’Oise). L’activité comprend la production de jouets en caoutchouc, en plastique et les fabrications industrielles parmi lesquelles les ballons sondes destinés à la météorologie pour l’étude des couches supérieures de l’atmosphère, Delacoste étant l’un des cinq spécialistes du monde en ce domaine. L’usine produit à l’époque 4 millions de jouets par an (47 000 articles par jour). C’est la plus grande entreprise française de jouets en caoutchouc et de ballons. Ses produits sont exportés dans le monde entier.
Au début des années 70, la firme est frappée par la crise pétrolière. En 1977, elle est incorporée au groupe « Le jouet français » qui comporte les marques « Jouef « , « Solido » et « Heller ».
Mais, en 1981, c’est le dépôt de bilan. La société passe sous le contrôle des établissements Vullierme. L’activité est regroupée dans la partie « Nord » de l’usine, la partie « Sud » accueillant de nouvelles entreprises.
Côté Vulli, une trentaine de personnes continue à produire un million de jouets par an. Pourtant, en 1993, il est décidé de transférer la totalité de l’activité en Haute-Savoie. C’est là-bas qu’est désormais fabriquée la célèbre petite girafe « Sophie », le jouet le plus vendu en France (400 000 exemplaires par an).

Abbaye de Royaumont

L’abbaye de Royaumont est un monument riche à la fois par son histoire et par son architecture. Abbaye royale, elle connut un destin hors du commun, alternant le meilleur du vivant de Saint Louis et le pire au moment de la Révolution.
Sa visite vous fera aussi passer un agréable moment de détente, dans le calme de son parc et de ses allées.
Depuis le parc aux allées arborées, on remarque immédiatement un curieux bâtiment divisé en deux par un canal, les latrines. Puis on pénètre par le passage-parloir dans le superbe cloître gothique qui s’ouvre sur le réfectoire des moines et les cuisines au sud et la sacristie à l’est, elle est accolée à l’église dont il reste des ruines spectaculaires.
L’abbaye de Royaumont est ouverte aux visites 365 jours par an.
Que vous visitiez seul, entre amis, ou en groupe, vous tomberez sous le charme de cette grande dame de près de 700 ans, à l’histoire et à l’architecture d’une grande richesse, dans un cadre préservé qui invite à la promenade comme à la méditation.
A l’entrée du parc, une librairie-boutique propose un fonds important d’ouvrages sur le Moyen Âge (histoire et architecture), la poésie contemporaine et la musique, des ouvrages régionaux, des livres pour enfants, des cartes, disques et cadeaux.
Le bar-salon de thé est ouvert de 12h à 18h les week-ends et jours fériés (17h30 de novembre à février).

La Fondation Royaumont

Créée en 1964 par un couple de mécènes, Henry et Isabel Goüin, la Fondation Royaumont, centre international pour les artiste de la musique et de la danse, est propriétaire de l’abbaye reçue en donation.
La Fondation a pour missions de conserver et d’enrichir ce patrimoine, de lui donner vie en le mettant au service des artistes et de le rendre accessible à un public diversifié.
Royaumont s’adresse à des professionnels du monde entier en proposant aux artistes ses programmes de recherche et d’expérimentation, de formation et de création. Ils bénéficient de la présence d’ensembles installés en résidence et de la Bibliothèque musicale François-Lang.
Afin de présenter au public le fruit de ce travail de création, la Fondation organise de nombreux rendez-vous artistiques, comme la Saison musicale, les Fenêtres sur cour[s], les ateliers jeune public, les programmes concourant à l’insertion sociale par la culture ou les tournées internationales.
L’abbaye reçoit également en séminaires résidentiels ou pour de nombreux événements des entreprises, associations, collectivités, au premier rang desquelles ses mécènes et financeurs institutionnels.

Château de Chantilly

Le château de Chantilly se dresse au cœur d’un vaste domaine de 7 800 hectares de terres situées au sein de l’une des plus grandes forêts des environs de Paris, le massif des Trois Forêts (Chantilly, Halatte, Ermenonville).
Ce domaine a été constitué depuis le Moyen Âge par les propriétaires de Chantilly.
Il comprend l’un des plus beaux musées de peintures anciennes après le Louvre et une très riche bibliothèque de livres rares et précieux.
Le Château de Chantilly avec le Musée Condé c’est :
  • 1 000 peintures
  • 2 500 dessins
  • 2 500 gravures
  • 30 000 livres dont 12 000 imprimés anciens
  • 1500 manuscrits
Le Château de Chantilly avec le Parc et les jardins c’est :
  • Le Jardin français de Le Nôtre (XVIIe siècle) : les parterres et les jets d’eau, le Vertugadin, le Grand Degré et sa cascade.
  • Le Petit Parc (début du XVIIIe siècle) : le Jeu de l’oie, la maison et l’étang de Sylvie.
  • Le Jardin anglo-chinois (fin du XVIIIe siècle) : ses petits canaux, les maisons du Hameau et son restaurant.
  • Le Jardin anglais (début du XIXe siècle) : l’île d’Amour, le temple de Vénus, le lac des Cygnes et les fontaines de Beauvais.

Saint-Martin du tertre

La Tour du Guet : À 218 m d’altitude, point culminant du Val-d’Oise, venez découvrir un paysage exceptionnel sur la plaine de France, les collines de Châtenay-en-France, Écouen, Maffliers, et Paris avec la tour Montparnasse, la tour Eiffel…
Musée du télégraphe optique de Claude Chappe qui domine le village et offre de ce fait un point de vue unique.